Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Rangée derrière Hamon, Taubira ne sera plus jamais candidate à une élection

Publié par MaRichesse.Com sur 22 Février 2017, 21:30pm

Catégories : #POLITIQUE, #FRANCE

Rangée derrière Hamon, Taubira ne sera plus jamais candidate à une élection
L'ancienne ministre de la Justice intensifie son engagement dans la présidentielle en faveur de Benoît Hamon, et répond aux polémiques soulevées par Emmanuel Macron sur la colonisation et la Manif pour tous.
Fin de carrière politique pour Christiane Taubira? Dans les colonnes de Paris Match ce mercredi, elle assure en effet qu'elle ne mènera plus jamais campagne en son nom propre: «Non. En politique, il faut savoir partir. Je sais que j'en ai le droit. J'ai assez donné pour choisir aujourd'hui une vie égoïste si je veux. Mais ce que j'éprouve pour la jeunesse, mon “intranquillité” permanente, justifie que je continue à me battre. Alors j'écris des livres, je donne des conférences, je partage mon savoir». En attendant, l'ex-ministre de la Justice compte s'engager dans cette campagne présidentielle.
Sa présence lors de la cérémonie d'investiture de Benoît Hamon ne laissait guère de doutes sur sa préférence. Mais l'icône de la majorité tout au long du quinquennat était jusque-là restée discrète dans les débats de la campagne. L'engagement de l'ancienne candidate à la présidentielle passe ce mercredi à la vitesse supérieure, à l'occasion de la sortie de son livre Nous habitons la terre (Éditions Philippe Rey). «Pour la campagne, je vais participer autant que possible. J'aime le contact avec les gens, aller sur les marchés, faire les immeubles, expliquer les choses, rire des adversaires aussi». «J'ai accepté d'être solidaire d'un appel au rassemblement de la gauche lancé par l'équipe de Benoît Hamon qui sera bientôt diffusé. Hamon porte des idées de gauche et en plus des idées nouvelles! Tant qu'il me sollicitera, je répondrai volontiers. Le propre d'une campagne, c'est la polyphonie. Chacun vient avec sa sensibilité, ses compétences, ses priorités. Et toutes ces voix convergent car il y a des bases communes».
«Qui a été humilié? Celle qu'on traitait de guenon tous les matins?»
 
En plus de préciser son appui sans équivoque à Benoît Hamon, elle s'en prend résolument à son principal concurrent à gauche, Emmanuel Macron, piquée au vif par les dernières sorties du candidat au sujet de «la France de la Manif pour tous», qu'il juge «humiliée».«C'est un propos électoraliste. Les exemples d'insultes que j'ai reçues aussi bien dans l'hémicycle que partout ailleurs, on peut en trouver des centaines. La violence était monumentale», conteste l'ancienne garde des Sceaux. Une vérité qu'elle ne prendra pas la peine de rappeler à son ancien collègue du gouvernement. «Je ne suis pas en dialogue avec Macron. Vous êtes tous fascinés par lui, tant mieux pour vous. Ce n'est pas mon cas». Et l'ex-députée guyanaise de renchérir, cette fois dans Le Monde: «Qui a été humilié? Celle qu'on traitait de guenon tous les matins? Celle qui recevait des menaces de mort? Celle sur qui on lançait des œufs? À l'inverse, qu'on trouve un quart de virgule où j'aurais tenu un propos humiliant. Ce n'est pas faute d'en avoir entendu et d'avoir quatre enfants qui, en se levant le matin, les entendaient».
Une «posture électoraliste» que Christiane Taubira décèle également dans les récents propos du fondateur de En Marche au sujet de la colonisation, qu'il perçoit comme «un crime contre l'humanité». «C'est le débat inextinguible entre le droit et l'éthique. Le droit définit le crime contre l'humanité. Soit Emmanuel Macron se place dans ce cadre, soit il est dans un autre champ. Il y a une définition du crime contre l'humanité, du génocide, et il y a une réalité de la colonisation, qui n'a rien à voir avec le ‘partage des cultures' vanté par François Fillon. Cela a à voir avec des crimes, des massacres, des millions de morts, du travail forcé… Mais je suis mal à l'aise avec les calculs électoraux sur des sujets aussi lourds», regrette l'auteure de la loi de 2001 tendant à la reconnaissance de l'esclavage et de la traite des noirs.
Lefigaro

Commenter cet article

Archives