Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Les traducteurs japonais aussi ont du mal à traduire les discours de Trump

Publié par MaRichesse.Com sur 22 Février 2017, 15:00pm

Catégories : #TRUMP, #JAPON, #TV

Les traducteurs japonais aussi ont du mal à traduire les discours de Trump

«Pour les traducteurs, Trump est un casse-tête inédit et désolant», analysait Bérengère Viennot pour Slate en décembre dernier. Il parle mal, utilise les mêmes mots en boucle et est grossier. Le Japan Times confirme ces mêmes difficultés. 

Les discours du 45e président américain ne sont pas difficiles à traduire à proprement parler, remarque le journal japonais. Des chercheurs de l'Institut des technologies linguistiques de l'université Carnegie Mellon ont démontré que son niveau de vocabulaire et de grammaire est l’un des plus faibles par rapport à ses prédécesseurs.

«Il est tellement confiant et pourtant si peu convaincant en terme de logique que mes amis interprètes et moi plaisantons souvent du fait que si nous traduisions ses mots tels qu'ils sont, nous finirions par avoir l'air complètement stupides», confie Chikako Tsuruta, traductrice pour CNN, ABS et CBS.

Miwako Hibi, un interprète pour la télévision depuis plus de vingt ans, explique au journal qu’il est «très dur de suive la logique de Trump». Il raconte que durant son discours de victoire, Trump a fait référence à «secretariat», sans plus d’explication. Le traducteur pensait qu’il s’agissait d’une autre manière de faire référence à un membre de son administration. Pas de chance pour lui, il s’agissait en réalité d’une référence à un cheval de course.

Atténuer?

Autre difficulté, les traducteurs doivent retranscrire son discours parfois sexiste, raciste et grossier. Kumiko Torikai, une traductrice à la retraite, explique qu'«en tant qu'interprète, notre travail est de traduire les paroles d'un locuteur exactement comme elles sont, peu importe, à quel point vous trouvez odieux et outrageusement menteur votre locuteur.» Kumiko Torikai ajoute: «Si Trump n’est pas compréhensible, vous ne devez pas l’être aussi. Si son langage est grossier, c'est comme ça que vous le traduisez.» 

Pourtant, il existe une pression de la part des chaînes télévisées qui pèse sur les traducteurs, explique Atsushi Mishima au journal. Ce traducteur et professeur associé à la Daito Bunka university juge qu’il «est difficile d’ignorer ses clients». «Si un mot est considéré comme trop ordurier par la politique d'une station de télévision pour laquelle je traduis, je l’atténue habituellement, bien que je fasse mon meilleur effort pour conserver son impact original».

Slate

Commenter cet article

Archives