Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Démission à la Maison-Blanche : “J’ai tenu huit jours avec Trump”

Publié par MaRichesse.Com sur 24 Février 2017, 22:00pm

Catégories : #FAITSDIVERS, #TRUMP

Démission à la Maison-Blanche : “J’ai tenu huit jours avec Trump”

Depuis l’élection de Donald Trump, ce genre de témoignages à la première personne se multiplient dans la presse américaine.

Le 20 février, The Washington Post publiait une tribuned’Edward Price, un agent de la CIA démissionnaire. Deux jours plus tard, c’est au tour du magazine The Atlantic de publier, sur son site, le témoignage de Rumana Ahmed, une ex-collaboratrice qui travaillait au Conseil de sécurité nationale de la Maison-Blanche.

La seule femme voilée

Dans une tribune sans concession, celle-ci détaille les raisons de sa démission, mais aussi son malaise grandissant avant et après l’arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche.

“Mes parents ont immigré du Bangladesh aux États-Unis en 1978, précise-t-elle, et j’ai commencé à porter le voile à 12 ans.” Elle explique, ensuite, la façon dont elle a commencé à travailler à la Maison-Blanche sous Obama. D’abord comme stagiaire au service courrier, puis au bureau des relations avec le public et enfin, à partir de 2014, au Conseil de sécurité nationale. “J’étais la seule femme voilée de l’aile Ouest [de la Maison-Blanche, où se situent les bureaux du président]”, souligne-t-elle.

Montée de l’islamophobie

Mais Rumana Ahmed raconte surtout la montée de l’islamophobie dont elle a été témoin dès le début de l’année 2015 et pendant toute la campagne électorale. “En 2016, le climat était semblable à celui qui prévalait juste après les attentats du 11 septembre 2001”, écrit-elle.

Elle explique avoir décidé de démissionner juste après la signature, le 27 janvier, du très controversé décret anti-immigration de Donald Trump qui interdisait notamment l’entrée du pays aux ressortissants de sept pays à majorité musulmane. Un décret suspendu quelques jours plus tard par la justice.

À ce moment-là, “j’ai su que je ne pouvais plus rester”, lâche-t-elle, soulignant le peu de soutien qu’elle a reçu de certains collaborateurs.

Dérive autoritaire

Mais c’est peut-être la conclusion de son témoignage qui frappe le plus : “les jours que j’ai passés à la Maison-Blanche de Trump étaient étranges, […] dérangeants. C’était, pour reprendre les termes d’un employé de très longue date à la Maison-Blanche, ‘le chaos’.  

Nous n’assistions pas “à une reprise en main par un républicain traditionnel, pas non plus à celle d’un homme d’affaires”.

Non, c’était une tentative chaotique de mise en place d’un système autoritaire : émission de décrets douteux sur le plan juridique, accusations portées contre la presse, travestissement de mensonges en ‘faits alternatifs’ et assertions répétées par les proches du nouveau locataire de la Maison-Blanche que l’autorité du président en matière de sécurité nationale ne saurait être contestée.”

Commenter cet article

Archives