Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Russie. Le Front national prié de rembourser l’emprunt consenti par une banque russe

Publié par MaRichesse.Com sur 7 Janvier 2017, 10:03am

Catégories : #ECONOMIE, #PEOPLE, #EUROPE, #RUSSIE

Russie. Le Front national prié de rembourser l’emprunt consenti par une banque russe

Le parti de Marine Le Pen devra-t-il rembourser le prêt de 9 millions d’euros contracté en septembre 2014 auprès de la banque russe First Czech-Russian Bank (FCRB) ? Selon l’information de l’agence de presse russe RNS, relayée par la presse économique fin décembre, une procédure judiciaire a été lancée en ce sens.

Pour cet établissement bancaire opaque, appartenant à l’homme d’affaires russe Roman Popov, l’année 2016 a été émaillée de mauvaises nouvelles. Le 1er juillet, la Banque centrale russe lui a retiré sa licence, avant la mise en faillite en septembre. La gestion des créances a été récupérée par l’Agence d’assurance des dépôts bancaires russes (ASV). Cette autorité administrative avait identifié dans les comptes de la FCRB un trou de 27,7 milliards de roubles (près de 500 millions d’euros), soit 4,1 milliards de roubles d’actifs contre 31,8 milliards de passifs. C’est cette instance qui réclame désormais au FN le remboursement du prêt. 

En Russie, la FCRB, classée 126e établissement bancaire russe début 2016, a une réputation sulfureuse. Elle est notamment soupçonnée d’être “mêlée à des opérations de blanchiment et des raids”, comme l’indiquait, en 2015, un utilisateur averti sur le forum bankir.ru, lieu de discussion privilégié des financiers russes, rapporte le site Versia.ru.

 
D’autres sources, à l’instar du site The Moscow Post, attirent l’attention sur les liens entre le propriétaire de la banque, Roman Popov, et Guennadi Timtchenko, un milliardaire installé en Suisse, fondateur du trader pétrolier Gunvor et ami intime de Vladimir Poutine. Il a été parmi les premiers a être placé en mars 2014 sur les listes noires américaines, en représailles à l’annexion de la Crimée par la Russie. Roman Popov a travaillé comme directeur financier entre 1992 et 2002 au sein de l’entreprise Stroytransgas, détenue par M. Timtchenko, et était considéré comme son “homme de confiance”.

 

Contournement des sanctions

Si les fermetures de banques sont monnaie courante en Russie – en 2016, une centaine d’entre elles ont été mises en faillite, car trop fragiles ou ayant des pratiques douteuses –, les activités de la FCRB semblent avoir de surcroît une dimension politique. Le quotidien économique Kommersant indiquait en mars 2016 qu’un des plus gros créanciers de la FCRB n’était autre que la banque centrale iranienne, Bank Markazi Jomhouri Islami Iran. L’établissement financier de M. Popov aurait poursuivi ses activités en Iran malgré les sanctions à l’encontre de ce pays, levées en 2016.

Enfin, la FCRB détient une filiale en République tchèque, European-Russian Bank (ERB), détenue également par Popov. Créée en 2008, avec deux succursales, à Prague et à Karlovy Vary, elle a été la première structure avec des capitaux russes à pouvoir exercer en Europe. En octobre 2016, la Banque centrale tchèque lui a retiré sa licence, rappelait alors le journal Vedomosti. Le Service anticorruption tchèque a ouvert une enquête sur de supposés détournements d’argent à grande échelle au profit de M. Popov et de ses influents compatriotes. 

Malgré ces déboires avec le prêt russe, le parti de Marine Le Pen continue à chercher des financements pour ses campagnes présidentielle et législatives de 2017, y compris en Russie. Et aurait même obtenu d’autres prêts russes, mobilisant une galaxie d’intermédiaires et d’oligarques.
 courrierinternational

Commenter cet article

Archives