Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Qu'est-ce que la gueule de bois affective?

Publié par MaRichesse.Com sur 7 Janvier 2017, 08:47am

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE, #SCIENCE, #HEUREUX

Qu'est-ce que la gueule de bois affective?

Dans le cerveau, les émotions durent bien plus longtemps que l'expérience qui les génère. Un phénomène susceptible de jouer sur notre mémoire.

Dans le cerveau, les expériences émotionnelles peuvent générer des états physiologiques susceptibles de durer longtemps après la fin de l'expérience concernée. C'est ce que vient d'observer une équipe de quatre chercheurs en neurosciences affiliés aux université de New York, de Berkeley et de Genève. Les scientifiques estiment aussi que cette «gueule de bois affective» est capable de jouer sur notre mémoire et d'influencer la manière dont nous nous souviendrons d'expériences ultérieures à ces émotions.

«La façon dont nous nous souvenons d'événements n'est pas uniquement la conséquence du monde extérieur, mais est aussi fortement influencée par nos états intérieurs –qui peuvent persister et moduler nos expériences futures», résume Lila Davachi, auteure principale de l'étude.

Un travail qui confirme un fait connu: que les émotions aident la mémoire, les événements affectivement «chargés» étant mieux remémorés que les plus neutres. Mais cette recherche va aussi plus loin, en montrant que lorsque des expériences non-émotionnelles suivent des expériences affectives, elles vont «profiter» de leur effet mémoriel et se graver plus efficacement au creux de nos neurones.

«Nos conclusions prouvent que notre cognition est fortement influencée par des expériences antérieures, ajoute Davachi. Les états cérébraux émotionnels peuvent persister pendant longtemps.»

Scanner cérébral

Pour arriver à ce résultat, les sujets de Davachi et al. ont dû regarder une série d'images connues pour générer une excitation cérébrale consécutive à leur nature émotionnelle. Entre dix et trente minutes plus tard, les volontaires allaient observer une nouvelle série d'images, neutres cette fois-ci. Pour un autre groupe, ce fut l'inverse: d'abord les images neutres, ensuite les émotionnellement chargées. À chaque étape, la réactivité des participants était mesurée par des jauges standard –la conductivité électrique de leur peau et l'activité de leurs zones cérébrales spécialisées dans le traitement des informations affectives. Enfin, six heures après, l'expérience s'est terminée sur un test de mémoire pour les différents groupes.

Il en ressort que les individus exposés aux stimuli affectifs manifestent une meilleure mémoire à long terme des images neutres s'ils les ont vues après des images excitant émotionnellement le cerveau. Et le scanner cérébral offre une explication au phénomène, ses données indiquant que les états cérébraux associés aux expériences émotionnelles possèdent une inertie de vingt à trente minutes et qu'elles sont dès lors susceptibles de jouer sur la façon dont notre cerveau traite les informations reçues pendant ce laps de temps.

Source

Commenter cet article

Archives