Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Énigme. À la recherche du film qui n’existe pas

Publié par MaRichesse.Com sur 7 Janvier 2017, 08:15am

Catégories : #FAITSDIVERS, #INTERNET, #TV

Énigme. À la recherche du film qui n’existe pas

Des milliers d’internautes s’évertuent depuis des années à retrouver une copie de Shazaam, un film des années 1990 qui les avait enthousiasmés. Problème : cette comédie kitsch n’a jamais été tournée. Le magazine britannique New Statesman a mené l’enquête.

Ils se souviennent de tout : du titre (Shazaam), de l’acteur principal (l’humoriste américain Sinbad), de l’intrigue (un génie surgi d’une lampe accorde un vœu à deux enfants) et même de l’affiche de ce film censé dater du milieu des années 1990 (une image du génie en question, les bras croisés, sur fond violet).

Comme le rapporte New Statesman, de nombreux utilisateurs du site communautaire Reddit emploient depuis plus de cinq ans cette plateforme pour “échanger leurs souvenirs de Shazaam. Ensemble, ils ont ratissé Internet à la recherche de preuves que le film avait bien existé, mais leurs tentatives sont toujours restées infructueuses. [Le comédien] Sinbad lui-même a dû démentir sur Twitter avoir jamais joué un tel rôle.”

“Contagion sociale”

Malgré l’absence de toute trace tangible du film, il se trouve “chaque jour une nouvelle personne pour tweeter à son sujet”, souligne l’hebdomadaire britannique. À l’en croire, la confusion pourrait provenir du film Kazaam : une comédie bien réelle, sortie en 1996, dont l’affiche et le titre ressemblent beaucoup au film imaginaire des utilisateurs de Reddit. Beaucoup, pourtant, affirment qu’il ne s’agit pas du même film et que Shazaam a bien existé.

Pour le spécialiste de psychologie cognitive Henry Roediger, qu’a interrogé New Statesman, l’“affaire” Shazaam relève d’un phénomène dit de “contagion sociale de la mémoire” ou “conformité mémorielle”. “Ainsi que l’explique Roediger, il est fréquent que le récit d’un souvenir par une personne influence celui d’une autre personne et c’est ainsi que peut se propager un souvenir déformé”, résume le magazine.
 

Hallucinations : comment notre cerveau invente la réalité qui nous entoure
Ce type de biais cognitifs existait bien avant Internet. Mais il semble que l’usage des réseaux sociaux l’amplifie : “Nous nous sommes habitués à l’idée que l’on peut tout trouver sur Internet, mais qu’acceptons-nous comme des ‘preuves’ ? interroge New Statesman. Avons-nous besoin de photos, de vidéos et d’articles, ou bien le fait que des centaines d’autres [internautes] partagent le même souvenir nous suffit-il [à prouver sa véracité] ?” 

 Source

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives